GUADALUPE ARTIST: JEREMIE PAUL - Graffiti Goose Photography

Graffiti Goose Photography

GUADALUPE ARTIST: JEREMIE PAUL

I vibrate with sound & dance forms to create a landscape composed of a directory that is enriched through my experiences.


Originally from the French Antilles Guadeloupe,  I did my art studies at the Villa Arson, Higher National School of Art in Nice, France. After performing two shows: Health, & Work in Progress, I  returned to the Caribbean to present my work on my native, Natale island.


In 2010, I embarked on two of my most important exhibitions, In the Antilles & Herrellà. Both where presented over the duration of my residence at the Ramee St. Rose. The backbone of a ceramic vessel was emblematic (for me) of the act of crossing and paintings. This resulted in,"No matter where any pace."  A sound installation involving scenic system that offers a concert of water-jerry cans and fans. 


Currently, I work between Paris, Leipzig,  &  Weimar where I am working in the construction of new wind chimes from porcelain. They are made in collaboration with the School of Bauhaus and manufacturing Karla.


Thus, the overarching theme of my work I like to think of as a ballad between painting and installation, just as it's a ballad between the lexical form and melodic form. I try to justify the existence of a vocabulary through a lexicon of objects by organizing things that are rhythmically melodic & sensitive. In short: I build poetry. Poetry as a landscape where dream elements are realized through various mediums, in a clash of heterogeneous elements cohabitant.


This stops when faced with a multitude forming a whole; a system, a narrative that emanates from this set. Small features assembled and welded in a setting where the viewer can project its effect.


This narrative is a critical need in forming a particular landscape: if the landscape is a tinkle of dripping water and a breath of wind, the features will be cans of water above tabs of metal suspended basins along with fans featuring copper pipes, scraping of guitar chords, all in concert with porcelain shapes moving and tingling of chimes. Forms assert themselves by their staging, revealing a poetic charge this by the materialization of this landscape.

Je fais vibrer, sonner, danser, les formes pour créer un paysage, composé d’un répertoire qui s’enrichit au gré de mes expériences.


Originaire des Antilles Française de la Guadeloupe, je suis un artiste, j’ai fait mes études à la Villa Arson, École nationale supérieur d’Art de Nice. Après avoir réalisé deux expositions Santé, Travaux en cours, j’ai fait le choix de retourner dans la Caraïbe pour présenter mon travail à sur mon île Natale.


Je réalise en 2010 deux de mes expositions les plus importantes aux antilles. .« Herrellà » : présentation de ma résidence à la Ramée st. Rose, de la réalisation de l’ossature d’une embarcation en céramique, emblème de l’acte de la traversée ainsi que des peintures réalisées lors de cette résidence . .« Peu importe le lieu importe le rythme » : installation sonore mettant en jeu le système scénique, en proposant un concert de jerricanes d’eau et de ventilateurs.


Je suis actuellement entre Paris, Leipzig, Weimar, où je travaille à la réalisation de nouveaux mobiles sonores en porcelaine. Ils sont fabriqués en collaboration avec l’École du Bauhaus et la manufacture de Karla.


Mon travail est une ballade entre la peinture et l’installation, c’est une ballade entre la forme lexicale et la forme mélodique. Je cherche à justifier l’existence d’un vocabulaire, d’un lexique, d’objets en les organisant de façon rythmique, mélodique, sensible. Je construis de la poésie. De la poésie comme paysage où se réalise des éléments oniriques par l’intermédiaire de médiums diverses, dans un accrochage d'éléments hétérogènes cohabitant. Lorsqu’on s’arrête face à une multitude, formant un tout, un système, une narration émane de cet ensemble. De petits bout de particularités qui s’affirment et qui assemblé soudent un décor dans lequel le regardeur peut projeter son affect. Cette narration est la nécessité réunissant ces particularités en un paysages. Si le paysage est un tintement de gouttes d’eau et un souffle de vent, les particularités seront des bidons d ‘eau au-dessus de languettes en métaux, de bassines en suspension,…,et des ventilateurs avec des tubes en cuivre grattant de cordes de guitare et des formes en porcelaine se mouvant et tintant de leurs actions. Les formes s’affirment par leur mise en scène, dévoilant une charge poétique présente par la matérialisation de ce paysage.

Jérémie Paul

Powered by SmugMug Log In